Errare pedagogicum est? (2ème partie) : Alberto Sordi et l’examen de français, ou comment travailler sur les représentations de l’erreur